Judith Schlanger

Ouh la bonne satisfaction, La Vocation, Judith Schlanger, 1997. J’attendais – suggestion de lecture trouvée dans Vincent Debaene, sur les négociations subjectives des nouveaux ethnographes professionnels des 1920-30s (L’Adieu au voyage) – de nouveaux apports, après Eva Illouz, sur l’individu et sur l’histoire du sujet. Trajectoire d’exploration en contre-courant (càd approfondissement, bifurcations internes) de mes politismes épuisés, découragés, désengagés, arasement de la lutte.

Et je trouve : une manière philosophique douce, patte, caractère, une personnalité de discours et de prise, que je vais aimer cerner et suivre. Esprit (et qualité du dosage de la théorisation et de la publication).

Femme philosophe, tiens. Observer cette facette. – Philosophie sans fil comme toujours (prétention à l’absolu) mais, quelque chose accroche, séduit, donne envie de suivre, étudier.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search