Judith Schlanger – La Vocation, sagesse, liberté

Je désirais le goût que communique le ton d’une Diana Athill, goût protestant de l’individualité, hivernal en rasa de saison, et pendant que la commande arrive (bonheur de trouver l’existence d’une édition rassemblée de ses textes autobiographiques), je trouve cela de Judith Schlanger, en philosophie modeste. Rayonnante, profondément originale dans sa forme inversée de l’emphase, un peu moraliste dans sa manière (essayistique, elle circule, elle associe, fabrique, réfère, parcourt, avance, tisse large et profond, librement mais avec une précision historique et conceptuelle très vissée, sûre : sage).

Sagesse. Où d’ailleurs elle explore le champ magnétique de l’histoire qui tient encore la distinction dramatique entre éthique classique et énervement moderne et postromantique, de la liberté et de ses agitations, nervosité, incertitude. Ou action.

La Vocation, p. 100 :

Car, pour une autre lecture, rien n’est plus précieux et plus rare, au contraire, qu’un sentiment permanent sage et heureux de soi, et rien n’est plus courant et vulgaire que la course ambitieuse aux images et modèles de soi. La distribution est si changeante et si incertaine que ces promesses éthiques sont politiquement insituables.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search