Schlanger : l’affect philologique

Beaucoup à écrire, elle a, sur l’amour de la culture. Quelle position, ou pratique, philosophique cela lui fait-elle ? À brosser le tableau des résistances successives à la libido sciendi, et maintenant des polémiques successives à l’affect bibliophile, elle doit placer en face, à chaque temps de comparaison, la caractérisation de.

« Pléthore philologique », par exemple, et structurellement « mémoire culturelle » (231) ; Caillois et sa conversion à la méditation de pierres, « en quittant les livres qui naissent des livres et engendrent d’autres livres. » 232. (And supra for more.)

saveur » : 228, au sujet de d’Alembert, après Malebranche 224 ou Descartes et maintenant Hume, pourtant « homme de lettres et historien » 228 :

Le plus souvent, l’hostilité aux livres n’est pas sans ambivalence, ce qui lui donne une saveur supplémentaire de violence contre soi-même.

– le mot s’est glissé en hypallage, déporté et alors éclairant un peu autre chose encore, mais glissé.

Avec toute polémique, l’émergence des affects.

Suite de l’histoire sur Caillois, nice ! :

C’est le prix qu’il faut payer pour se défaire du grouillement du livresque du bagage en arrière, des traces du déjà dit,  et de toute la présence intempérante du passé. … l’anarchie même du mental, … son vertige de bavardage indiscipliné, que Caillois entend purifier. Mais c’est une purification d’artiste du langage ; et que rejette-t-on du passé de la culture et de la philologie, quand on garde le langage comme matière d’oeuvre ? 232, my its.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search