Judith Schlanger – le comique affectueux

The utter sweetness of Judith Schlanger. Elle a 41 ans quand paraît Le Comique des idées. Et il me semble comprendre, 21 pages into the slim volume, que ce comique n’aura rien de sardonique ou méchant, rien de Bouvard et Pécuchet ou des grotesqueries sur les savants malappris – mais tout dans la tendre libido sciendi, et tendresse « anthropologique » (elle pose le mot comme regard à « épistémologie » du savoir : formes fortes et formes faibles, en circulation, banalité, fluidité des faire et relais de faire).

Il me semble que « affection » avait été posé dans La Vocation.

Quel ovni ??

Après en effet la question du pouvoir. Du politique. On verra alors.

Donc, cou de cœur tôt le matin :

Et il me semble aussi que je ne suis pas seulement reliée au monde intellectuel par un jeu de concepts, mais par toutes sortes de curiosités, de passions, de rêves, des nuées d’images, des cascades de symboles, et tout ce qu’on peut à peu près percevoir en soi, dès qu’on ne se sent pas professionnellement obligé à la rigidité.

Well.

et poétiquement de suite, 21 toujours : la rime de « rigidité » :

connaître est le nom même de cette activité qui intègre, interprète, emprunte, décale, pervertit et féconde les significations ; connaître est le nom même de cette agilité.

Ça ferait presque, après le délice, s’émotionner de détente. 26. (Elle passe doucement-fermement à l’attaque : « et du coup toute l’entreprise est moralisée pr un volontarisme de la conformité. »)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search