Islamo-gauchisme etc.

Toute cette semaine affairée autour de l’esclandre « islamo-gauchisme », que Frédéric Vidal a eu la bêtise de prendre au Figaro et à JP Elkabbach (entretien sur CNews, 14 février). Je ne cherche pas même à y répondre, sans envie de fouiller dans ces fourrés d’entrelacs discursifs, alors que : toutes ces prises de parole, de tous côtés, démultipliées par le commentariat.

Je ne peux pourtant pas éviter de me faire passer par les échos, et la masse des discours prend bien son évolution, et ses épaisseurs, alors que s’organise le concert. Voix « gauchistes », voix universitaires, voix des échanges de journaux et chaînes en oppositions, voix politiques (Marion M Le Pen wading in), cartoons, pétitions ; billards. Dont des querelles scientifiques/intellectuelles : Noiriel et Beaud / Fassin et Bourmeau. Et qui fait parler qui, qui invite (radios…) quelle position de parole. Et voix racisées, dans l’université et dehors ; et au revers de l’attaque, l’oblitération et la captation du débat ou agenda – traitement de tout le plus immense – et alors structurel – champ de l’islamophobie, des racismes en acte et en mot d’ordre politique ; l’ensemble de la ligne de front posée par la droite, extrême ou moins.

Donc un point : expression (« de quoi le mot d’ordre de dénonciation de l’islamo-gauchisme est-il le nom ? ») de la semaine où a lieu le « débat télévisé » entre Darmanin et Le Pen, dans le verre d’eau de la préparation de la prochaine présidentielle.

Le deuxième point : la tâche (pour une réponse ; pour la paix de comprendre comment prendre l’acte de langage et comment y répondre sur l’échiquier des actes de sens) de l’universitaire : construire tout l’échafaudage nécessaire pour rendre parlable l’espace entre les exigences du travail scientifique sur les enjeux multiples qui sont en cause dans le noeud proposé par la semaine (état des pouvoirs) et la disposition où se trouvent la parole et les énoncés qui se jouent sur la scène de la semaine.

C’est intéressant ; c’est même l’objet intime, maximal, du questionnement en sciences humaines. Mais cette traduction cruciale est aussi épuisante – j’en suis là en ce moment. Et un peu en pause aussi devant la suggestion de je ne sais quel almanach qui donne en gloire une citation de Marguerite Yourcenar ces jours-ci : sur le remède central aux peines humaines : « apprendre ». Oui.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search