Positions critiques : zones

Je revois ce dimanche soir une vieille tendresse : The Full Monty, qui me refait la fable de l’Angleterre d’exactement ma génération, celle des détricotages féroces de la socialité (telle que divisée en classes, dans un ordre quasi aimé – par la nostalgie…).

L’histoire cette fois-ci m’apparaît comme celle du déclassement (ici cas intense de le dire, et pathos intense), avec réverbérations vers mon affect de déclassement, toute proportion homothétique gardée évidemment, mais le bénéfice est une perpective fraîche, un préhensible.

Et je me dis : la position où le temps, les transformations de l’ordre, les nouvelles courbes de la vague, laissent plus ou moins échoués les échoués les déplacés les dépassés, les aux arrogances et fois ironisées, est une position. Historiquement signifiante, dont on peut faire des histoires épaisses, classiques. Et des histoires critiques, stratégiques, dans la généalogie des luttes. Dont les (des, disons) histoires sont faites. Un lieu social, et historique ; et plus pertinent encore, un lieu d’action, et d’agence. Se l’approprier. S’emparer de ses ressources. Y compris en subjectivation si possible. Zones de la critique, zones de l’à-côté, Minority report ; zones de l’histoire aussi, and of the accountability of transformations.

That’s one resource for tackling Digital cultures (and discourses on), and the current seminar idea.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search