Seuil de lettres – positions de la traduction

Tiens, une nouvelle situation éditoriale, au moins considérée le temps de sa projection utopique (projet de traduction d’OTSOG envoyé) : je serais donc posée dans un champ magnétique tiraillé, partagé, entre censure et liberté de la langue et de ses régisseurs. Position de Moderne, enfant de la culture moderne, méritocrate à apparition récente, sans héritage, dans les lettres. Héritière scolaire, qui n’est pas héritière des lettres. (Déclinaison très locale, et pourtant pertinente, de « moderne » : modern languages, concours ENS moderne, lettres modernes comme mon élite même, moi linguiste dans ses banlieues.)

Ce sera à observer, et pratiquer comme une curiosité et une expérience de savoir. Sociologie fine, locale, ici. Avec humour.

Voir comment Merton s’est positionné, progressivement, dans ces aristocraties ou yankeeisms. Réinventions britannique, américaine (ce programme disposnible), etc.

Et Schlanger (je suis dans La Mémoire des œuvres ces jours-ci), sa liberté de manœuvre. Son chemin dans les autorités. Au côté des lettres, entre les pattes de la philosophie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search