Du mondial à l’humain : parcours

Tiens, un profil de suite se révèle à l’instant (et comme déjà répété, installé, intégré) : cessant le travail sur le mondial, avec la curiosité de la combinaison particulière que forme l’idée du « culture numérique », un objet semble se distinguer, qui se met en effet en série, homogène par un biais qu’il reste justement à identifier : l’humain. De l’anthropocène, du transhumanisme, « humanités » numériques avant tout, « retour des humanités » (j’avais déjà tiqué à l’époque), les « droits humains », les mythes des chimères et prothèses technologiques et de l’IA, les conditions pandémiques Pan, les dépassements idéologiques de la mondialisation – un après une phase historique qui se dépasse et se conclut, en accusant encore l’effacement de la différence. Alors que le wokisme s’irrite, que les vieux généraux français choisis crient à la guerre civile, que les migrations, etc. La terre et les humains, et les machines – avec tous les mythes métaphysiques d’époque.

YC me l’a bien souligné en recevant un premier tracé d’idée de séminaire : appel à une attention comparatiste, et aux différentiations. Une anthropologie de ; anthropologie historique de.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search