Écrire après 50 ans

J’ai été intéressée par l’effort d’écrire simple, pour produire un projet de livre présentable à un regard éditorial non disciplinaire et non universitaire. Le calendrier serré n’a pas permis de faire tout le texte, 6 pages trop longues et compliquées et saturées, mais le goût de ce mode a été pris avec les quelques premières pages.

Cassant les narcissismes, les coquetteries qui sont des parades. Laissant tomber dans les plis simples du sens suffisant à lui-même. Mais surtout cherchant le limpide en cherchant l’alignement interne yoga de pensée : le droit de l’articulation conceptuelle. C’est une qualité où je me retrouve aussi – autant que dans la capacité à tenir en articulation synthétiquement beaucoup de paramètres d’ordres différents. Elle, peut se contenir dans le laboratoire, moyen et non vitrine. Complexité, simplicité.

J’aime sentir que c’est une question de maturité et je jouis de la maturité où j’arrive par la force naturelle du temps et de l’expérience. Je regarde vers un âge de la simplicité. J’aimerais que ça puisse se raconter comme ça. Modèle Benveniste. Curiously, modèle Donna Farhi, par hasard de lecture ces temps-ci. Et toujours l’exemple anglais, anglophone, dans ses traditions rhétoriques et poétiques, qui sont sociales aussi (avec un zeste de cutting French pretention down to size) Bonne zone d’épreuve, toujours.

Je sais couper. Couper la parole et ses effets ses complaisances. À la psychanalyste. J’aime. Je vais.

(Et !, autre bénéfice et autre aimé, l’espace du journal de travail pour les démêlés, et les éclaboussures de narcisse, et les private rhetorics and complicated entendre, autorisés pour pouvoir travailler.)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.