Recherche- création : comment on devient conservateur

Gros effort de penser, qui m’a troublée ces derniers jours, autour de la recherche-création – d’où l’intégration de ce champs de discours (discipline ou para, trans, mais aussi jeu de langage, ethos, et classe sociale) parmi les questions à prendre.

Autour d’un projet de thèse, qui plus est – soit avec toute la complexité, du type d’énonciation : qui y parleNT, comment le jeu de langage a été bricolé, jumbled-up ensemble, dans l’état flou d’un à-problematiser, à situer. Thèse : en recherche et en création, formation et démarrages amorphes, multi et transmorphes.

Travail de clarification acquis, passage à travers la masse – examen de mes préventions, d’ordres divers, et sentiment incertain de subir une attaque, multiplement diffuse.

Réalisations (les perspectives se dessinent, la compréhension de cartographie se compose) de nouveaux états, nouveaux agrégats, flips de valeur, de plusieurs paramètres ou objets : l’art, « contemporain », la poursuite des flips montrés par Boltanski et Chiapello à travers la proposition de « critique artiste ». L’état de la critique. Les peuples de ces nouvelles formations discursives, et les nouvelles concaténations, type « public-privé », institutionnelles : université et écoles d’art, art et écoles d’art (creative class ici ? Même pas exactement), et espace public comme toile – esthétisation (non plus : ici justement valeur déplacée), culturalisation, prétention d’inscription directe sur le social, le politique, le présent.

Reprendre par les discours fondateurs, le fond de bibliothèque (quel usagé d’ailleurs, est fait de cette rhétorique existentielle elle-même ?) Les manuels, les références pôles, les débats et conflits de fondateurs. Et l’histoire de. Les pratiques. En latéral.

*

Oui : la difficulté sur cette question, est qu’elle est la mienne (en études littéraires et en poétique, poétique du savoir plus cordialement encore), mais que j’y rencontre des prétendants, nouveaux. Certain pouvoir m’échappe, peut-être. Et repères ébranlés. Alors que le réflexe théorique (et sociologique) m’oriente vers une résistance évidente, un peu indignée. Stupéfactions de la « critique artiste » : recaptation et réarticulation avec des valeurs inattendues et contrariantes. (De même, à un degré plus enflammé, des anamorphoses des questions de critical race theory, de « décolonisons » [** tiens bien sûr : prendre par l’histoire récente de ces reprises, étude des transformations des mots d’ordre, leurs contextes et leurs horizons idéologiques, « de quoi » elles sont le nom**]. Ne serait-ce que l’histoire et la postérité du terme « intersectionnalité » actuellement brûlant en France, parmi tout le faisceau, ou « savoirs situés ». Ou la longue carrière, et les retournements et torsions multiples, de « décolonisation ».)

De même avec toute l’histoire récente de la gauche – dont la génération, arrivée à la « maturité » politique avec 1981, a vu le délitement graduel. Génération de la révolution conservatrice et ses longs rebonds libéraux. « Transformation » de la « question sociale en question raciale », parmi d’autres. Nouveaux mouvements sociaux depuis les Sixties. Début (butée historique, pour moi et d’autres, simplement par ce que je ne remonte pas plus haut) des houles, perplexités contradictoires : progressisme contrarié, les goal-posts étant déplacés ou transformés en citrouille. Prétention à la gauche révélée comme arrière-gardisme, conservatisme. Par quel avant-gardisme alors ? C’est ce portrait à dresser, à ausculter.

Other tough nuts of the same sort : LGBTQ+, so key.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search