Sociologie de la révolution – Weber

Sociologie de la révolution, chez Weber. Pas seulement par le contexte de 1913 – ah, nota : bêtise à réparer sur lecture distraite des dates plus haut, il s’agit des révolutions russes pré-bolcheviques évidemment. Mais aussi structurellement, dans l’éventail systémique des classes : couches “les plus négativement privilégiées”, “communautés de ‘pauvres’, secrètes ou partiellement tolérées, qui développent des formes de religiosité communautaires révolutionnaires, ou encore pacifistes et communistes, ou … comprennent en générale des membres de la couche des petits artisans et des compagnons.” Soc de la rel 239.

Le révolutionnaire et le religieux des artisans, chez Christopher Hill, Rancière, EP Thompson.

 

Mais aussi, dans Savant et politique, 183 : “dans ce carnaval que l’on pare du fier nom de ‘révolution‘ “. 189 : il s’agit bien des “idéologues bolchévistes et  spartakistes”.

 

La conférence sur le Politique est un texte de circonstance. Qui met la sociologie à l’épreuve, et lui fait révéler des caractères pas forcément si perceptibles hors cette situation. Qui s’expriment par la dynamique polémique du texte, rare dans les travaux de sociologie de fond : une neutralité historique, de méthode. 204 : “aujourd’hui, en ces temps d’une excitation dont vous ne croyez pas qu’elle soit ‘stérile'” (l’allusion est à Simmel commentant la situation des intellectuels hotheads de Russie) … des hommes politiques animés par l’éthique de la conviction se lèvent soudainement en masse”.

205 : “nous reparlerons de ce problème dans dix ans”. Certainement : 1929. Il y a un elephant in the room ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.