Marshall McMuhan – fabulateur

Encore un doux fou ! Je n’ai pas fini Simondon, je continue à m’engouffrer dans sa suite de fabulation puissante et de plus en plus fantasmagorique – nous en sommes à des hylémorphismes, aristotélismes, libres et échevelés, toute prudence de référentialité thrown to the wind depuis un bon moment de pages – que j’entame avec le week-end l’approche de la planète McLuhan : écarquillante. Beaucoup de charme, mais la respiration qu’il faut tenir, la confiance donner encore et encore, avant de pouvoir détendre l’attention et retrouver ses pieds, le système se bouclant enfin.

Ça fait deux grandes cosmogonies, philosophique pour l’une et plus maverick ou freelance encore pour l’autre, lourdes à l’imagination ! Fun nevertheless. Leaving quite a volume of calculation and implication to be done.

Je ne m’attendais pas à cette qualité d’ovni à McLuhan. Moi qui l’abordais pour chercher des points de repère dans le champ discursif des médias. Pas un point, flèche plutôt, météore. Beaucoup à lire ici. À à remailler en historicisation. Ça secoue bien la neige dans la boule.

Pour commencer, une première lexie : le geste de tabula tasa. L’essai, « 75% of your material is new. A successful book cannot venture to be more than 10% new » (p. 4), part en scout, sans une note, sans bibliographie. À noter pour un universitaire, surtout one formé à l’English (de Cambridge, il est vrai).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search