Média, communication – époque

Quelle époque, d’abord ? Hayles remonte la généalogie d’une culture des livres de code téléphérique, d’une épaisseur (états-unienne en particulier) étonnante et désuète. PostWW2, avec ses nouveautés techniques (cryptage, for one), et « l’âge électrique » (dit McLuhan). Les 1950s, 1960s ? Communications en France (poly-disciplinaire, E Morin et R Barthes et al. il me semble, en contemporain de la sémiotique), Media Studies rapidement au CCCS et découlant des Cultural Studies, les « mass média » (ma génération scolaire). Voir l’histoire d’Infocom, centrale sans doute ou au moins forme stabilisée du discours sorti victorieux de ces négociations et pousses.

Code, souci des techniques et cultures issues, de l’information / informatique ? Radio et TV, aussi ; « mass-media ».

Généalogie parallèle à celle de la Théorie littéraire, sémiotique mais lettrée encore (négociation ici, il s’agit d’en revoir l’histoire aux nœuds), autour de « la problématique du langage » (RB). Ladite, sollicitée, critique, parce que avancée de la culture du code ? D’où une valeur décalée, valence un peu nouvelle, du « retour à Saussure », et du structuralisme. Certainement, un ingrédient à calculer dans le Récit du structuralisme – en rapport avec le système et l’ensemble chez Simondon (qu’il rappelle à la cybernétique), le dé-fragmenté unifié chez McLuhan, son propre rappel du cubisme (comme modernisme, critique de la modernité et ses croyances de contenu, substantialisme de la « Narcissus fixation » de la culture imprimée – d’autres disent spatial form, ou encore Formalisme russe), le système chez Saussure (je l’ai identifié come moderniste) et la structure chez CLS, et toute la discussion anti-structuralisme.

Je tâtonne, pour défamiliariser ces décennies intellectuelles, et y réintégrer une vue sur cette ligne généalogique. Alongside, ou en continuation de branche, de celle de la culture. École de Francfort, Gramsci (à effet tardif), Cultural Studies britanniques, …

Simplement un trope, figure culturelle, du passage aux postmodernismes ? Traitant la tâche de la désagrégation, dénaturalisation, de la modernité ? McLuhan le prend par là, dans son jeu de langage ébouriffé – modernité comme croyance à ses « contenus », qu’elle prend pour la question-même du « contenu ». Proposition du « the media in (now) the message ».  + Modernité est chaude, hot & explosive, fragmentant, spécialisant (dont industrialisant). Le postmoderne sera froid et unificateur, permettant la participation inclusion large ?? Le cinéma chaud / la télé froide ? La radio chaude le téléphone froid ? (24, Understanding media).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search