McLuhan sauvage – fonder / passer

McLuhan sauvage, « the Barbarians are within the gates » (U Media, 18-19 et supra : histoire longue de double renversement, barbares, écrit chaud et explosif-mécanique, puis nouvelle implosion électrique et barbare). Effacement, tabula rasa, partir en pionnier, en rire, en practical joke, et en aphorisme (34-35).

Voir l’intervention américaine, de nouveau monde, sur la Culture. Avec le sens de la farce contre le bon goût. Ce n’est pas Merton, juif russe, qui prend par la grande histoire lettrée au contraire, en maxima. Merton européen.

Quelque chose d’américain dans le goût de Deleuze et Guattari. De l’Ouest, de la frontière. Innocence, ingrédient américain.

Une question : y a-t-il intention de fonder – une discipline, une institution scientifique ? Ou de changer louer une activité en maverick : celui qui est mobile, qui passe les frontières et efface le paysage ? Contre la « method » (invoquée ici comme mode discursif dans F Bacon, contra l’aphoristique). Qu’en est-il de la question de la science pour la littérature et « la culture » au tournant de 1959-60 ? Montée en structure et en projet national de l’universite « de recherche » américaine ; militaro-industrial et fondations ; par ailleurs contre les critiques littéraires élégants du Sud, la méthodologisation IA Richards, …

Fonder, ou instituer un mode du passage ? Contre les contenus, les médias. The joke is : la lune, le doigt et l’imbécile ; les valeurs (canon substantiel, the best, Matthew Arnold), et le véhicule, matière et milieu du changement culturel. Comique des idées, tiens, de nouveau : elles sont historiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search