Chronique de la traduction

Retour bienheureux à OSTOG.

On aurait envie de noter microscopiquement, microlexématiquement, les sensations qui passent dans l’activité de traduction. L’odeur des différents dictionnaires, rassemblés par rituel et plaisir (d’appartenir à un certain âge de l’érudition, et en révérence à d’autres encore plus anciens, mon OED récupéré sent 1972). Le sourire qui passe à quelque trait d’écriture, d’allusion, de clin d’oeil, ou encore de désuet, décalé, culte tendrement ironique de science surannée.

Le plaisir des langues multiples, que Merton manie avec un plaisir à la fois assez grossier et finalement toujours spirituel, prêtant à sourire avec lui. Cette complicité à laquelle il invite, vécue en tant que complicité culturelle dans la Culture à la fois passée et dominante par révérence du passé ; complicité de caste et d’exclusion, exercice d’initiés, dont le cryptage est jouissif, langue étrangère et ouverte. Succès des introductions, des passages. Et succès collectif, happy few, qu’est-ce que cette communauté imaginée, un peu coupable mais prise en savoureux ?

Sans doute un apprentissage pour non pas la traduction mais la production d’une traduction (je m’y prête, me glissant dedans comme un jeu, d’où retirer des apprentissages plutôt qu’un succès, ici justement) : je ne cesse de le re-recontrer et pourtant ne pas encore l’entendre, il faut traduire vite, passer vite, parler couramment. L’expérience du temps montre l’erreur de lecture, l’erreur pratique, d’une attention scripturaire et poétique à l’écriture : il faut aimer passer. Je continue à ne faire que comprendre et projeter un mode de faire : « il faudrait » traduire un jour et reprendre le lendemain matin avec une relecture/écriture fixative, et laisser ainsi, avancer, avoir dit. La nature du texte (comme à-traduire) est aussi, de manière massive et déterminante, dans son signifiant le plus vaste : sa longueur. Qui est poétique en l’occurence : « this wordy book » dit Merton à l’envi, à propos de Burton, à propos de Hakewill (65 je crois), et en réflexivité comique, imitation pastiche et rhapsodique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search