Zotero expression – biblio graphie, lecture

Tiens : peut-on rendre public un document / base Zotero ? En faire un espace ou objet (càd un objet espace, wip et chronique) de publication ?

La question est très certainement une évidence grossière pour les sachants des humanités numériques, et les outils et expériences multiples et même industriels. C’est à voir.

Dans le processus dont je suis l’observatrice : détournée de l’écriture explicative, et toute versée dans l’écriture pour-savoir, artisanale et laborantine et infans (incommunicada), cette nouvelle disposition, proposition, « prise de forme » (oui je viens de terminer Simondon ce matin même) : bibliographie. Reprise à page vierge d’une nouvelle entreprise Zotero, rafraîchie ce qui ne veut pas dire divorcée de mes nœuds et denses entrelacs de la diversité des langues en dimension postcoloniales.

L’activité de tissage, qui est un travail de la lecture ; « cartographie », « situation », « état de l’art », « literature review », ces mots d’ordre que je m’entends beaucoup dire. « Essai bibliographique », qui me tient à coeur. Mise en lumière technique, par le bas, du moteur de la critique et de l’invention, composition, écriture, savoir. Le séminaire « Atelier théorie critique » que je cogite pour la rentrée orienté par cela : insister sur, donner à voir, ce moteur quelle que soit la recherche quel que soit le terrain de savoir. Un apprentissage et une problématisation de la lecture : ce que peut faire une poétique comme épistémologie. On peut dire aussi, ou invoquer dans les convergences historiques (c’est moi qui converge !, ai à converger, — ai enfin à jouir de comprendre par où orienter le corps de l’attention, testant l’eau et les courants, physique du savoir dans son histoire) : une philologie, une « science des textes » si le terme (Paris 7 – a inventé ce bricolage trans-époque commode et sans doute intelligent, plein d’épines institutionnelles possibles mais de programme philologique fondamental : proposant de greffer les philologies, codicologies, critiques des textes, bibliographies, sciences des lettres, aux sémiotiques introduites par, emblématiquement, Kristeva) – si le terme est entendu pour le carrefour des épistemès qu’il est.

Tiens, Stéphane D hier rappelle, « semantic sociology », comme repère méthodologique et traditionnel qui est une de ses propres sources. Aussi : histoire des sciences – humaines, selon le programme insistant de PRF.

Souvenir très ancien de Peter Hoy qui m’avait accueille à Merton College : interloquée par cette entreprise (étagères d’enveloppes kraft, lining the walls of his whole study in college), son existence si matérielle et établie, à émergence ou azimut inconnus. Bibliography, he said. And that was Oxford scholarship, part of, legitimate, luminous, valued, and indeed chenu.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search