Vulgarités (critiques, ici)

Tiens, j’en arrive à ça ? Dans mes rapports réguliers dans la polémique et ses rhétoriques, comme genre de la critique, depuis Wyndham Lewis qui m’a tant appris – déniaisée, quelque temps considérable après l’intronisation comme docteure, sur le terrain du modernisme et de ses coordonnées politiques, et dont révolutionnaires. Attention, et attention historique depuis, cumulativement, aux stratégies de positionnement, par les tropes reconnaissables, analysables et historicisables, de la polémique donc.

Les grands rhéteurs, les talents étincelants, méchants, terriblement efficaces, séduction – the violent wit : Wyndham Lewis et al.

Mais donc aussi les faiblard, les temps de faiblesse, ventre mou, long feu. Aveux de faiblesse. Dont quelque chose qui m’apparaît depuis deux jours comme vulgarité – ah-that’s-a-shame (in Seinfeld tone) kind of thing. Carole Talon Hugon, sur L’Artiste en habits de chercheur,qui se fait dépasser par moments dans sa charge soigneuse, par des hauts-le-verbe : je crois que sa conclusion finit avec « gloubi-boulga » ? L’énervement emporte, c’est sûr. Un petit peu shot-in-the-foot pour une position critique qui cherche à tenir par le point de vue du classicisme esthétique. En soi légitime et utile, éclairant, contributeur – c’est le cas ici avec les quelques esquisses de remise en histoire, histoire de l’art et tradition philosophique.

Et ce matin, dans Bruno Latour – auquel je dis finalement venir pour combler des manques dans lecture de zones discursives nécessaires, pour la culture numérique (discours sur les sciences contemporaines contemporains), ainsi que pour l’art réimpliqué dans les perspective recherche-création (et OTSOG). Le dispositif discursif, argumentation ici, n’est pas celui-là – émane d’un autre milieu institutionnel. Mais proximités peut-être au moins thématiques. CTH dirait « air du temps » (accusation-trope polémique par excellence – car il s’agit de comprendre, sentir & penser, des concrétisations culturelles observables et non nommées. Travail critique, * ). Ici : les opposants de paille. Les dramatisations de je. Les brouillages de carte scientifique ou discursive, par tabula rasa fouillie. Depuis premier contact, pris fidèlement au pied de la lettre avec La Vie de laboratoire, désagrément (me fait tomber le livre des mains, plusieurs fois) du rapport d’idiotie au lecteur. Un américanisme !? (contre les arrogances, surtout intellectuelles, françaises – mais c’est aussi les discursivités qui sont désamorcées, et sans innocence, disciplinaires et théoriques en particulier), un vulgarisme (dans le projet de parler au sens commun, je veux dire) ? Toute la prise de parole, dans Nous n’avons jamais été modernes à nouveau, sonné très nue : de stratégie, de does-my-bum, de scénarios critiques inventés, pour un théâtre intime (dont « mes amis et moi », « Depuis une vingtaine d’années », p. 10), où les coups sont transparents. Just a little embarrassing. Captations pour bénéfices narcissiques. Déshistoricisations un peu cyniques. Les succès narcissiques sont faciles à ce compte. Le lieu de la question devient alors : comment prennent-ils ?

J’attends de me trouver détrompée, étant donné le statut acquis, de référence (à mieux examiner d’ailleurs). Et sinon il faudra prendre par : de quoi le nom ? (méthode Badiou).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search