Traduction – expérience d’habitation

Immersion, longueur du temps vécu dans un texte et ses prolongements résonances échos étendus distendus – souplesses étonnantes de ces rapports, vertige d’élasticité, les possibles de l’histoire dans ses parcours pourtant fermes, déterminés, doubles par les clôtures des deux langues – par l’espace de la traduction. Vivre avec un texte, l’habiter longtemps : c’est ce désir-là qui m’a amenée à l’idée de traduire. OTSOG.

Délicatesse des apprentissages, compréhensions, pénétrations, qui se forment et émergent, évoluent et circulent, dans ce long séjour mouvant et repassant. J’ai envie de les noter, les cerner, ne pas les laisser simplement filer dans la texture de ce qui s’écrit, « la traduction ». Même si toute l’histoire minutieuse et jubilée du séjour y sera inscrite, pour moi. Et je crains en les attrapant de ne tenir entre les doigts que des platitudes, ou des inconnues esthétiques un peu spirituelles, de tact ou de complaisance en finesses.

Quelque chose touchant le rythme de la phrase produite ; combien de sens passe par les poids répartis dans les jalons syntaxiques et les choix morphologiques, et combien plus encore, presque grossièrement (manier avec retenue), par la ponctuation. Qui détermine aussi, au-delà de la justesse du sens, l’effet de fluidité à la lecture dont dépend le succès de conviction du texte (« traduit ») comme texte.

Quelque chose sur les nuances de l’anglais si longuement cachées, restées pliées, et qui se déroulent seulement à ma compréhension au nième passage ; petites éclosions, cassures dans la bêtise, chemin-faisant du sens. Lenteur de la texture. Qui développe ici les multiples couches de l’histoire (et des zones sémantiques) de la langue depuis le XVIIe et ses amonts tout surchargés de surpiqûres multilingues. Europe humanisme et classique.

Les blocages (silences, moulinages dans l’aphasie, ou irritation des essayages syntaxiques, diafoirussades traductologiques, il y en a aussi – oh, and « translationese », love the notion, where did I encounter it?) puis les coulées trouvées, circuits soudains faufilés, voies ouvertes, passages, on s’y faufile avec un plaisir de glisse, de apt – mot poétique de Merton. Pas une fin mais un passage, d’un mode du langage possible, ensuite toute une vie envisagée, paysage, ton. Âge ou société, monde.

L’amour de la langue. Jubilation mais même oui, amour, pour les intelligences du langage dans une langue, et son histoire, qui a gardé des modes de parler, modes de sens, si merveilleux à visiter comme de l’étranger intime. On repasse par bien des lieux communs, à essayer de passer la main dans le flot pour recueillir non pas ce qui s’écoule si vivement – pas si bête – mais les éclats de lumière sur son passage. Émerveillement. Bah oui. Amour de l’anglais, sa syntaxe fluide surtout à ses moments du XVIe ou XVIIe, étincelant jeu de sens, pour celui qui parle l’anglais encore accumulé et formé du XXIe. Puis : l’amour de l’amour de la langue, qui est celui de Merton.

Tout ces gens qui ont parlé. Et dont Merton rappelle la foule fourmillante (d’individualités : le contexte anglais aide ici, est propre ; excentricités, culture longue de), lui-même émerveillé et charmé, sous charme de croyance. Les vies les modes de social, qui font une rumeur chamarrée. Pourquoi si sympathique ?

*

Combien tout est pris sous la priorité de la voix : c’est d’abord elle que l’oreille de la traduction épouse, et ensuite chercher à trouver les plis, pliages possibles, de lexique et syntaxe. Ton, humeur, couleur, animus, énergie. Imaginaire de qualité d’écriture, ou voix. Quel auteur francophone on serait, on ferait. Quelles voix étaient imaginables – puisqu’ici une large part du comique philologique est dans les orchestrations contrastées des passés de l’anglais lettré.

Part très importante à intégrer dans les remarques : les injections de la censure. Car l’horizon de la publication s’affirme, et je me rends mieux compte combien elle doit s’affirmer, dans la substance en composition même et non en négociation ultérieure et extérieure seulement (où je l’avais largement localisée je pense). Le respect d’un tel texte qu’OTSOG, implique une responsabilité à son statut culturel, et amène à des prudences qui renversent vers un conformisme. Le respect est de lecture, poétique. Charge énonciative du texte. Pourtant : goût aigre de cette surveillance que je me sens sur l’épaule. En partie. Qui est à distinguer – ? – de la discipline de l’écoute elle-même et la fidélité (well, that word!) amoureuse au projet d’énonciation, avec ici ses caprices, ses ruptures étudiées de ton, ses libertés précises et contrôlées. Texte d’un très-autorisé.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search