Lectures de weekend : vacances & débrayages

Rituels dans les grands paysages de la lecture qui forment le fond de vie : les lectures hebdomadaires, en « campagnes » souvent, en esprit épique et obsessionnel. Et les lectures de débrayage, également nécessaires également centrales : tenir une poétique, comparer les discours, et les cultures. Tenir et sauter, bifurquer : les poétiques sont chaque. Et à faire œuvrer, mettre au travail, mettre au sens, comme telles. Vacances du tenu, articulation, déport.

Diverses directions pour les débrayages – qui me servent bien. Très récemment : le sujet, l’individu, le privé, l’identité peut-être, le point de vue inverse au social, le rappel au psychologique, peut-être jusqu’à l’apolitique, l’intime, le « personnel est ». Ce matin j’y retourne avec un nouveau titre d’Eva Illouz (le plus ancien Why Love Hurts, et oui, sociologie de… mais l’intime, l’interpersonnel, le couple). La sexualité et les sexuations, le genre, bonnes zones également dans ce registre.

Peut être aussi :

l’histoire culturelle large,

le général – anthropologie, théorie. Articulatoire majeur, et c’est « tout contre » :

le langage : toujours LE joker. Les langues, les linguistiques. Ressourcement majeur.

le politique : au serré du général, ses conséquences fermes, gravées dans les vies.

l’histoire intellectuelle : en remontant dans l’histoire ; en déportant vers des cultures étrangères ; les généalogies coloniales riches en cela. À l’horizon actuellement :

l’histoire des savoirs : dernièrement histoire des sciences, des techniques. Histoire des institutionnalisations des savoirs, sociales et politiques.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search