Lectures autour des libertés académiques / nouvelles subjectivités identitaires

Parcours absorbé dans les travaux d’Isabelle Arseneau et Arnaud Bernadet, dans le contexte québécois et la situation universitaire singulière de McGill University (et plus précisément le DLTC, département des littératures de langue française, de traduction et de création – on which no comment for now) : interventions dans la presse canadienne au cours de l’hiver 2020-2021, Mémoire déposé auprès de la Commission scientifique et technique indépendante sur la reconnaissance de la liberté académique dans le milieu universitaire, audience devant la Commission, et enfin entretien conduit par Pascal Maillard et publié dans le blog Mediapart “Petit Observatoire des libertés académiques : recherche, enseignement, démocratie” : “Liberté académique et justice sociale” partie 1 et partie 2 (oct. 2021).

Constellations de réactions & directions. Une bibliographie est aussi constellée autour de cet écheveau foyer, dont un livre collectif en préparation. Et j’ajoute une émission du Temps du débat (France Culture, Emmanuel Laurentin, 1er octobre 2021) sur “woke” en tant que “terme du débat” (série des vendredis) dans le contexte français, récemment auditionné, avec les invités Laurent Dubreuil et Mam-Fatou Niang, tous les deux en poste aux Etats-Unis : Les termes du débat 5/44 : “Woke” (franceculture.fr).

Le renvoi est également à faire globalement vers, encore une fois, Papiers d’Amérique(s) – Arnaud Bernadet (papiersdameriques.blogspot.com).

*

Questions posées par la Commission, dans son appel à mémoires : traçage, mise en forme, des débats, ; cartographie des modes et relais institutionnels — à réviser dans l’université, et à pratiquer dans la consultation nationale que la Commission a à conduire. Actes de langages remarquables :

Question  1 : Quelle est la portée de la liberté académique?

  • À qui s’applique la liberté académique? En plus des professeures, professeurs, chargées de cours et chargés de cours, s’applique-t-elle aux stagiaires postdoctoraux, aux gestionnaires des universités et aux membres de la communauté étudiante en situation de recherche?
  • Comment devrait s’appliquer la liberté académique en contexte d’enseignement, de recherche et d’interventions publiques?

Question  2 : Quelles sont les responsabilités des acteurs universitaires (corps professoral, communauté étudiante, syndicats, associations de professeurs, gestionnaires des universités, comités d’éthique, etc.) à l’égard de la liberté académique?

  • À quoi doit-on s’attendre de chacun de ces acteurs à l’égard de la liberté académique?

Question  3 : Est-ce que les dispositions actuelles de protection de la liberté académique, incluant les mécanismes de résolution des litiges, sont adéquates?

Question  4 : Est-ce que les dispositions de protection de la liberté académique devraient relever uniquement de l’établissement (conventions collectives, politiques internes, énoncés universitaires, etc.) ou également de normes nationales (loi, règlement, énoncé)?

*

Pendant quoi je suis également le dernier séminaire Politique des sciences, (et carnet Hypothèses) avec un rappel de cadrage et d’histoire du séminaire, par Bruno Andreotti : Séance du 21 Octobre 2021: Bruno Andreotti – YouTube


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search