Subjectivités néo-libérales – écologie

J’y pense, je tiens ce fil, de la question des identités active – activée –  dans les contextes universitaires et articulation avec les milieux et développements actuels de militante (nouveaux sujets politiques, émergences de, formation de, façonnement de) – mais aussi, c’est un continu qui me paraît certain, caractéristique, et donc à reconstituer dans sa logique, avec les nouveaux sujets du désir, du sexe et de l’amour tels qu’anatomisés par la sociologie d’Eva Illouz. Ici Why Love Hurts, A Sociological Explanation (2012).

Elle travaille à partir des études substantielles, maintenant socle et doxiques, qui ont déjà posé le rapport entre histoire du libéralisme, modernité, et sujet moderne ou subjectivité même (car il faut peut-être appeler autrement les formes antérieures à l’individualisme démocratique, vers 💬) : Giddens, Taylor, Waltzer… Et cherche à sociologiser, à comprendre par un prisme sociologique (écologie des choix, par exemple), les développements actuels, sous caractère de « late modernity ».

Elle en est ainsi aux dérégulations modernes de l’amour, et la mise en place – le fonctionnement au moins, car la question de la transformation est plus complexe encore sans doute, et la sociologie n’y est peut-être pas sur son terrain direct – d’un marché de l’amour, opérant dans la logique d’une liberté plus cousine de la liberté économique que de la liberté politique : avec les effets concrétisés qu’elle observe, « sexualisation », « pornification », et marchandisation (valorisation markétique) du « soi ».

Sans doute que c’est aussi par là qu’il y a des éclairages à trouver pour l’importance contemporaine si structurante et si mondiale des identités de genre et de sexualité. Sur quoi je continue à avoir du mal à joindre les pans de compréhension : pourquoi ces formes de subjectivations politiques ? (Post)modernes, late-modern ? Post-coloniales dans ce sens donc aussi – mais post-marxistes progressivement aussi. Les dates sont précoces, pourtant c’est bien le pic d’époque pour les débats et clivages autour du marxisme-communisme (avec ses structures institutionnelles si massives en guerre froide), des multiples explorations de néo-marxismes et autres anarchismes. — Comment se connectent-elles aux mouvements systématiques de l’histoire politique des décennies depuis les Sixties – qui ont installé les Nouveaux Mouvements sociaux comme partie intégrante de l’état du politique et conditions des contrats sociaux à venir. En parallèle de la Décolonisation, clairement, parfois explicitement.

Ce qui n’empêche pas que l’écologie en question est politique. Et génère des formations subjectives résistantes (inventions stratégiques dans l’hégémonie) et des complaisantes, bienvenues dans le sens du poil, de confirmation – conservatoires, ou encore agressives, conquérantes ou « paranoïaques ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search