Eva Illouz contd. Sociologie des subjectivités néolibérales

Toujours en suivi du travail serré, parfois laborieux (et parfois productif de matières limitées) mais à la hauteur de la tâche, et surtout éclairant toute la difficulté, l’exigence droite, de la tâche : exercer une sociologie (ex. par la perspective stricte d’une écologie des choix sexuels et amoureux) sur les conditions contemporaines de subjectivation, et les parts amoureuse, intime et sexuelle des processus de subjectivation en late modernity.

Presque une pureté méthodologique, examen strict, des divergences de chemins interprétatifs, entre les prises sociologiques constructibles et les psychologiques, psychanalytiques, économiques (Gary Becker inter al.) – ou encore self-help commercial.

Et avec cette précision, une avancée originale et ferme dans un fameux maquis culturel et idéologique, et un potentiel extrêmement méthodologique : càd ouvrant des imaginaires théoriques forts et larges bien au-delà de son object direct. Large surtout : suggérant très loin dans les moyens de compréhension possibles des relations sociales encore si connues-inconnues du néolibéralisme. Ou du présent des sociétés euro-nord-américaines 💬.

Pôle théorique de référence pour aborder, par exemple, les enjeux des nouvelles sexualités et nouvelles (disons) revendications politiques sur base de genre et de sexualité.

Un vrai point d’effort : autour de la signification du féminisme. L’effort sociologique est particulièrement dur ici, naturellement, et de la part explicite et effective d’une sociologue féministe qui sait ce qui est en jeu et l’est depuis les années 1960, génération après génération (toute la difficulté du féminisme – entre autres luttes contemporaines pour des objets/objectifs nécessairement mouvants dans l’histoire -, ses configurations évolutives, et nécessairement ses dissensions) : situer le féminisme dans son action sociale et son sens politique ; dans ses capacités d’analyse sociale. Le critiquer par un travail de la sociologie. Le coût est important. Faut pas se rater ; à chaque pas ne pas.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search