Subjectivités néolibérales ; université foyer d’enjeux

J’ai beaucoup en tête ces jours, circulant, proposant des envisagements de rapports à essayer, encore très effilochées, des suggestions de liens à déceler (et faire : cf G Stein, « Composition as Explanation »), entre les subjectivités néolibérales, pour lesquelles je tiens fermement la rampe méthodologique d’Eva Illouz, les peuples du numérique, et le point de cristallisation que concentre, encore une fois en cet âge pouvoir-connaissance, l’université.

Dans les années 1870 il y avait eu ce nouage musclé, très moderne, de l’université comme forme (libérale) épistémique et le jeu géopolitique – où s’inscrivait aussi la phase de nouveau développement du capitalisme, entrée de Allemagne, Belgique, Italie (Japon, voir) parmi les puissances industrielles et impériales.

Est-ce que le temps d’implication 1966-1970 est du même ordre ? De quoi, ici, l’université est-elle le terrain ? Vietnam Décolonisation guerre froide (2e phase, ou déjà avancée, mutations) mouvements étudiants mouvements noirs démocratisation et arrivée à vague générationnelle post WW2.

Quoi qu’il en soit : nouvelles subjectivités, nouveaux sujets politiques également, et nouvelle charge de la pile université, lieu de conflit.

(NB : joie quand un nouveau mot clé s’impose. Peuple du numérique ici, en continuation de peuple de l’énonciation, comme concentré de l’une des questions de travail actuelles : réarticulations du politique, et des conditions de constitution énonciative des sujet politiques, par l’acculturation en régime médiatique numérique. Déjà long en histoire, et débordant en phénomènes observés, débattus, chiffrés, cartographiés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search