Traduction, traductions

Note minimale au fil : bon de me trouver, en période 2021 de l’avancée à travers OTSOG, à lire aussi en long séjour une traduction, comme je fais rarement. La Storia, grand-roman expansif, traduit par Michel Arnaud (1977) avec précision, netteté, and spirit. On lit bien une traduction (et choix de notations explicatives insérées dans le texte sans distinction éditoriale d’ailleurs), on en ressent les régimes différenciés : le translationese, qui peut être discret et élégant (il donne ici un ton presque classique, y participe, fil singulier mais intégrable dans la poétique d’ensemble), les échos italophones (marques culturelles, relais pour tenir ce fil de proche en proche, présence suffisante – dont les surnoms et diminutifs d’affection entre autres), l’élasticité plaisante quand le texte emporte et véhicule souplement le cours narratif, qualité & rythme narratifs. Au moins ceux là.

De même juste précédemment, Michele Mari, traduit par J-C Manganaro chez Ypsilon.

Textes compagnons.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search