Disinformation : a Mother Jones clarification

Il faut ces travaux. Et pourquoi me paraissent-ils si difficile à trouver dans le brouhaha du commentariat courant ? Parce que c’est dans l’immédiat actuel et que personne n’a encore pris le champ de temps pour en dégager un récit critique ?

Global Debates on DH, par exemple, – ouf fait souffler. 🔍

Ah, looking into this : this initiation, 2017 (CUNY based? Of only CUNY relayed? A voir) : 🔍

De même donc ici, travail de veille et d’analyse Mother Jones, sur le sujet dense de la désinformation : « Disinformation isn’t just a tech problem. It’s a social one too » – 🔍

Papier de Ali Breland, Nov. 16, 2021, rendant compte du rapport rendu par le Aspen Institute’s Commission on Information Disorder (study of the global “crisis of trust and truth’). Geste critique simple, classique, fondamental – encore faut-il savoir en trouver la direction, dans le contexte changeant et mobile et si sciemment rhétoriquement (énonciativement) brouillé chargé : phénomène dû aux poussées néolibérales, basiquement capitalistiques, dans la sphère d’inscription « réseaux sociaux » et parole publique. Non pas les expressions des unruly subalterns users mais bien l’écologie du média modelé par son économie : algorithmes de la publicité et du marketing :

The report proposes “withdraw[ing] platform immunity for content that is promoted through paid advertising and post promotion” and “remove[ing] immunity as it relates to the implementation of product features, recommendation engines, and design.” In other words, algorithmically boosted content and information would no longer be legally protected.

Et alors – the action of the corporate media – la production des inégalités, rélégations politiques et discursives, de voix – y compris informationnelle en effet. La production des … populismes, disons, pour mettre juste un jalon, lieu-tenant, place-holder pour ce qu’il y a à penser. Génération des dépossessions politiques.

Peuples du numérique : il faut sans doute engager toute cette brassée vertigineuse d’enjeux. Non seulement, comme déjà bien cerné au sujet des objets plus proches et accessibles – terrains des DH, propos sur la mutation culturelle de l’imprimé au livre, historiques de l’histoire des médias (« archéologie des », …) – la nécessité d’une reprise globale d’une théorie de la culture : car les matérialités sociales de son cadre médiatique changeant, c’est toute une dimension de son processus qui s’aperçoit dans les coulisses des transitions, zone entière d’efficace de l’historicité. Mais donc encore : la considération elle aussi renouvelée – nouveaux termes nouvelles dimensions nouvelles articulations – du rapport culture & politique. Discours et ordre social.

Il faudra donc bien en passer par l’objet (chien fou et furieux, comme objet pour l’étude) « disinformation », « post-truth », « conspiracy theories », dérivations dans « antivax » en contexte de Covid, etc. S’y tremper, s’y faire traîner dans des machines symboliques très dures – car c’est leur objet même de dépossibiliser l’analyse critique et scientifique. Hoftstadter en 1963 : par où il a engagé la prise. Dans le vif de son propre moment. Et en passer tout autant par « réseaux sociaux », « algorithmes », et construction entière d’une globalité systémique culturelle qu’on pourra address. Les gestes des media studies ramifiées des cultural studies anglaises, en même temps que ramifications des Popular arts et ouverture des lignes critiques de ethnicity.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search