Théorie de la culture, re – pour le numérique

Il y a une théorie du code, théorie du sens, et donc théorie de la culture ultimately, dans l’un des fonds logothétique des media studies puis digital studies (pris au sens très lax – vaste brouillard de discours sur le numérique, vase commun pris ici comme flottant) : “extensions of man“, comme l’indique Jerome McGann si philologue, sceptique et humaniste-européen, s’appuyant pourtant sur la puissante suggestion de McLuhan (lui si peu méthodique).
Qu’il y a bien une proposition sur la nature de l’articulation culturelle, entre medium et composé historique des sociétés, technique et vie, outil=culture et biologie si on creuse jusqu’au scénario de l’anthropologie paléontologique. Le continu anthropologique même. Hayles y va par le biais de l’épigénétique. Good luck to here there.

D’où l’importance critique des logothètes McLuhan, Simondon, élaborations de Stiegler, et al., et les logies qu’ils ont ouvert. En déplaçant certains scénarios de base dans la conception (et la pratique sociale) de l’anthropologique.
Le langage sert à vivre. On peut repartir par là pour homogénéiser suffisamment les plans pour commencer à lire et parler, de poétique à “medium“, et la suite – en fil finement suivi. Pour peigner les écheveaux ébouriffés de discours.

Ceci à l’occasion des démêlés assez laborieux de McGann sur le code et son rapport au texte : A New Republic of Letters, 94-96. (Les passages obscurs à prendre pour éviter la zone de la Theory, et du linguistic turn, interpellé sic : Peirce, et l’écrire “semeiotic”…)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search