DH : effets théoriques – remédiation !

DH et la théorie : un front de conflit dans l’ordre institutionnel de English (et voir les équivalents en contextes francophones). McGann en est un commentateur clé du point de vue sinon inusité au moins très minorisé (philologie, sciences des textes – Doueihi une figure placée un peu depuis les mêmes zones en francophonie). Il ne mâche pas ses mots sur son hostilité recuite contre “theory” et tout son sillage, Lyotard, linguistic turn, interprétation, philosophie (en archéologisant jusqu’à Nietzsche contra Wilamowitz) : la guerre a marqué profond, et il y a un fameux animus à réaffirmer, retrouver une énonciation de conviction, pour la philologie. (Surtout si elle refuse de se retrouver dans la linguistique post-saussurienne.) — Contre la theory il y a ses anciens vaincus (dont l’expérience de la relégation est amère et instructive à la fois : le savoir des récemment dominés), ses adversaires structurels bien sûr (écosystème de la corporate university) et, à la faveur de la guerre, ses nouveaux compétiteurs, prétendants à la scène du savoir sur la culture depuis des zones d’autres poussées de relégation, marginalité, mobilité sociale et culturelle ascendante elle. Carte. Récit logomachique de K. Hayles, curieusement obtus et dénégateur. (C’est pourquoi il faudra aller écouter ce qui monte des discussion subaltern, replongée dans Gopal Guru et la division du travail dans les sciences sociales indiennes par exemple : les informateurs et les théoriciens. J’ai bien noté que le texte publié dans EPW est placé en référence dans les travaux, et horizon biblio-théorique-critique, de la DHARTI.)

Mais oui, des effets théoriques importants sont aussi générés par la proposition et la pratique DH ; et spécialement l’ambitieuse extension de la philologie à la dimension – au régime médiatique – numérique :

It has taken the emergence of electronic textualities, and in particular operational theories of natural language like TEI, to expose the deeper truth about print and manuscript texts. (New Republic of Letters, 99) – as the question emerges as the challenge is taken of “modeling digital simulations of a discourse field” (97 – excellent formulation here).

La production théorique est donc dans cette expérience limite du rapport non-rapport du code au langage, “naturel”. Une théorisation curieusement ex post. Corrective, et négative.

La numéricisation du langage et de la culture (vie sociale du sens) problématise. Les modèles théoriques et en effet intriqués dans la chair intime des institutions et des vies culturelles du langage, du sens, de la culture.

Temporalité étonnante dégagée ici : pouvoir rétrospectif du numérique, inattendu devant les thématiques futuriste et présentiste, les deux actives et dominantes. Une temporalité bien sur imaginable, sensible, par un philologue. Qui travaille, intrépide, à l’interface crue et matérielle du contemporain, pour y faire valoir l’histoire longue du langage, du sens, de la vie culturelle dans son fonctionnement en mémoire culturelle.

Processus même de la remédiation : un passage de média, une mutation médiatique, donne à relire à nu un bloc culturel entier. Tout le travail d’archéologisation, qui est inclus dans celui d’invention, programmation, réorganisation de l’à-venir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search