Décoloniser les humanités numériques

J’en arrive là. Je peux s’il faut l’appeler de manière moins grossière ou in your face. Et éviter alors de glisser dans l’ornière de l’audibilité actuelle – champ magnétique des “observatoires” de la réaction – cf 🔍 . Où on doit porter le pesant amalgame entre Decolonizing the Mind (situation discursive et conceptuelle de Ngugi 1986), postcolonial, et décolonial. – La lecture de l’étude sociologique de Laurent Afresne sur la réception de De Sousa Santos (Zilsel 2021/2) est à faire, et activable pour cette question : 🔍 .

Je peux dire “Mondialités numériques“, qui prolonge le fil des “noires”, “islamiques”, et “mineures” – projets précédents.

Dire : “Nord/Sud“, “Sud global” (cryptique en translationese). Dire : “Comparer“, qui prolonge le fil de “l’étranger”, et le titre fixé pour le séminaire exploratoire de cette année hors programme au musée Branly : “Devenir des lettres : critique comparée des médias numériques”. Où il s’agissait de faire pivoter la proposition pacificatrice, consensualiste libérale de Hayles (un comparatisme de maintien de la paix institutionnelle, disciplinaire – qui garde en place, et paradoxalement régénère, le grand partage des “two cultures” (CP Snow, yes), pour ressaisir le projet comparatiste de la philologie, de part et d’autre de son tournant saussurien.

Grand Partage dans l’histoire longue, transhistorique transmédiatique, du savoir : on part de Goody et Said, et on construit jusqu’à. Jusqu’à la DHARTI, les Global Debates in DH, etc.

Le choix de l’étiquette est curieusement, remarquablement lourd cette année. État de la poétique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search