Eva Illouz – subjectivités numériques, sociologie de l’Internet

Tout le laborieux d’Eva Illouz, y compris des directions difficiles à saisir ou à faire entièrement conférer (les chapitres semblent juxtaposés, études, plutôt que construction narrativo-conceptuelle, désorientant) – pour ces pénétrations infiniment précieuses, au final. On les a vues au fil, mais le point d’aboutissement est éclatant. Épilogue :

If there is a non-academic ambition to this book, it is to “ease (quoting Emily Dickinson) the aching” of love through an understanding of its social underpinnings.

The cruel therapy of sociology. A generosity wider than. Necessarily. We are embraced in it, at a beyond-individual, meta-individual level. The soothing is in wisdom. Not flattery. A consumation of the personal, and ironing out. It takes some health of heart to savour it.

Oui bien : une sociologie d’Internet ; certains outils et perspectives pointus, début de repérages et de percées, dans l’histoire nouvelle (la nouveauté par surprise, renvoie le passé au long profil de son historicisation, tâche dorénavant ouverte) de “l’imagination”, de “l’émotion”, du désir, de “l’amour”, de la “sexiness”. De la relation d’objet aussi – l’étude finit sur elle, sans explicitement revenir à Hegel et pourtant on boucle immédiatement jusqu’à lui.

Histoire de l’imagination, du désir, des pratiques culturelles de l’amour et de l’émotion (toujours, celle-là, insaisissable, an ultimately wriggly one for me ever) : il y a bien tout ça à refaire, avec la mutation numérique, connectée, réseautée, de la culture, soit des pratiques sociales. Culture a un sens maximal ici. Illouz se réfère avec faveur à Raymond Williams pour cette extension – “structure of feeling”. Je crois qu’elle n’évoque pas le pendant, “whole way of life”.

Les subjectivités numériques, soit “sociales”, “social-réticulaires”. En (re-)faire toute la psychologie. Il ne s’agit pas seulement de l’attention – pôle étudié, identifié, à la faveur de ? Neuro quelque chose ? Revoir cette composition, émergence.

La mutation numérique de la culture – y inclure donc bien les effets politiques qu’on explore en effet (voir les superficialités et structuralités variées de ces enquêtes – Antoinette Rouvroy sur les normes par ex., vs les orfraies brandissant “la démocratie”), et les effets également structuraux, à savoir appréhender, il y faut une sacrée invention mécanique, du psychologique, les subjectivités. Et le “social”.

Tiens bien sûr : peuples du numérique, subjectivités néolibérales, Who’s we in How We Think (Hayles), mais aussi quel “social” dans “social network” ?
Illouz pose aussi : quel “culture” dans culture numérique (les syntagmes indigènes de ça ? 💬)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search