Lecture, voix, lecture de lectures – Chakrabarty, planétaire au-delà du mondial

J’adore ces physiques de la lecture, et du débat critique – ordinaire (et non la guerre) du travail de la recherche en LHS, ou je peux dire aussi en philologie. Entrer dans Chakrabarty, maintenant tourné depuis 2009 vers la réinvention nécessaire de l’histoire – car “histoire” est celle des temporalités de l’humain sur la planète et non plus seulement dans le monde – après que “the discussion about the Anthropocene … has brought the geobiological into view” (The Climate of History, 14).

Ces savoirs corporels – savoir-faire donc – des mouvements et caractères de l’expression et de la pensée, d’un nouvel auteur, ou reconnu, ou à nouveau. Ton, rapports très vite identifiables au contexte critique, écriture rapidement révélée dans sa qualité de rapport aux lectures. Densité, caractère des notes. Ici (comme dans Eva Illouz), la section des notes constitue en fin de volume un chapitre charnu, et attentif, soigné, écrit. Et, écrit au fil, pourtant extrêmement cohérent. Comme j’aime lire les bibliographies. Ce qui se pose donc dans les premières pages d’un ouvrage scientifique tel : un rapport au monde scientifique, — un rapport à l’institution universitaire tout autant d’ailleurs (ici, curiosité de voir la foi active dans la machine universitaire américaine et par elle à travers elle internationale. Même si commencée, déjà mondialement plutôt que postcolonialement à Melbourne. Option australienne des intellectuels indiens. Subaltern studies, cette voie.

Ici, grâce.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search