Et les « intellectuels prolétaroïdes » – critiques

Deuxième classe d’intellectuels porteurs de religiosité : celle de « l’intellectualisme prolétaroïde » (Soc de la rel, 276) , différencié de « l’intellectualisme distingué« . Petits fonctionnaires, petits prébendiers, à formation subalterne, vivant « à la limite du minimum d’existence », instructeurs élémentaires, chanteurs ambulants, lecteurs publics, conteurs, récitants, métiers indépendants, artisans, compagnons (errants, pour la mission – eux, en position intermédiaire).

« Intelligentsia autodidacte« , des couches « négativement privilégiées » – paysannerie russe, intelligentsia prolétaire socialiste et anarchiste, paysans hollandais et attachement à la Bible, petits bourgeois puritains anglais du 17ème, juifs pieux. « Intellectualisme paria« , « ceux qui sont plus ou moins en ‘errance’ (277).  Petits bourgeois autodidactes de la religion. Souvent, une tournure éthique rigoriste, ou occultiste.

 

Position critique des intellectuels prolétaires :

se placent en un certain sens au point d’Archimède vis à vis des conventions sociales , aussi bien en de qui concerne l’ordre extérieur que les opinions communes. Par suite, elles sont capables d’adopter à l’égard du « sens » du cosmos des positions originales, qui ne sont pas soumises à ces conventions, et de developper un puissant pathos éthique et religieux qui n’est pas freiné par des conditions matérielles. 277.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *