Traduction : question de la vitesse

Ce que la pratique de la traduction, en mode de l’endurance, fait émerger – parmi bien des flux et épisodes : une impatience à un moment, qui est bonne et non pas le début de négligente. Elle touche en effet la qualité de la vitesse du langage, de l’écriture (celle qu’on regrette de ne pas retrouver dans la trans-écriture en relais), et par là donne à comprendre qu’il faut aussi une vitesse de la traduction. Sa nature, exactement. Tout l’intérêt de la question. La vitesse est une qualité poétique. (GD travaillait sur la distinction entre bref et court, ainsi. D’autres subtilités relevant de cette qualité d’écoute, d’attention, sont ouvertes, en jeu.)

Dans la poétique concernée ici, la vitesse est celle d’un scintillement intertextuel, épaisseur réflexives et discursives de la langue d’écriture, et générateur de philologie auto-reflexive, à rejoindre plutôt qu’à imiter. Anglaise ici. Avec quelques branches américaines qui me font certains bras plus étrangers, soudains étrangers. Vite retissés cela dit : “finagle” qui a l’air de sortir d’un argot ou populecte des 20s américaines, Merton le retourne à un vieux “fainaigle” français, dont je n’ai d’ailleurs pas encore retrouvé la trace. Sol européen de nouveau donc.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search