Weber – sociologie cinglante

Sociologie du mépris et de l’indifférence, comme faits sociaux et structurels dans la différence des conditions et conduites, bien. Le sans-sourciller dans la description de ces marques sociales signe la méthode sociologique et c’est elle qu’on attend.

Mais aussi on tombe régulièrement – maintenant que je peux le percevoir, ayant mieux compris les connexions souterraines par ex. entre Soc de la rel et le Politique – sur l’os de la révolution, et la raideur de l’opposition aux socialisme, marxisme communisme syndicalisme, démystifiés dans leur fonctionnement religieux, et imaginés dans leurs défaites violentes à venir (“réaction” hivernale, dans le Politique ; “déception inévitable” ici 291).

291 : le syndicalisme, “risque de devenir” en tant que “seule variante du socialisme qui, en Europe occidentale, peut véritablement être vue comme un équivalent de la foi religieuse,” “un sport romantique à l’usage de ceux dont les intérêts économiques ne sont pas en jeu.”

294 : “qu’il s’agisse des littérateurs, des universitaires distingués ou des intellectuels de café“.

Le tout situé dans une sociologie différenciée des intellectualismes porteurs de religiosités spécifiques. Les distingués, les prolétaroïdes, les petit-bourgeois, les plébéiens. Leurs rapports et mépris (ou soumissions)  mutuels.



Citer ce billet
Claire Joubert (2017, 27 septembre). Weber – sociologie cinglante. Ce que fait un angliciste. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n9em

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search