Weber – travail scientifique & schole

Plaisir, calme et excitation combinés (càd l’excitation en zone contrôlée, amie – cette “passion” et “étrange ivresse” qu’il évoque comme évidente et sans l’ouvrir plus loin, dans ses premiers stades de la conférence, p. 20, bien-entendu d’époque) à reprendre enfin, après long projet, Le Savant et le politique de Weber, avec l’attrait supplémentaire de la traduction et longue étude d’Isabelle Kalinowski, séparé et repris sous le titre La Science, profession & vocation (Agone, 2005).

Une part de cet épanouissement à lecture : un texte historique, pour l’histoire (ma place en décalage) et pour l’époque (un âge scientifique bien connu, aimé, aimablement mythifié, et pour une grande partie incorporé, de plus). L’historique est doux : car on y prend le temps qu’on veut, il permet une, des, temporalité/s de loisir (schole !), et soigne de branle-bas épuisant du quotidien actuel, avec son brouhaha médiatique, ses injonctions multiverses, ses FOMO structurelles. Et, encore autre chose, cette séquence historique est douce aux mœurs, et c’est très certainement la mesure de la filiation où on est vis à vis d’elle : connue, reconnue, et pas sans permettre aussi une tendresse de “plus”-sachant, sachant plus tardivement (car savoir plus que Weber, athlète !). L’imagination douce, protégée – même si sur son rail stable, repéré, le “travail scientifique”, la “logique et la méthode” (p. 36), est “vraiment ardu” (21), dans l’ordre de l’historicisation, discursivisation, s’agissant d’une poétique – soutenue dans son monde posé. Les remous qui ont motivé la préparation de la conférence (IK va montrer le champ des adversaires, je crois que c’est son premier point d’entrée) comme plus globalement tout l’agon de la sociologie (“des religions”) wébérienne sont là, et ceux d’un âge secoué pas des poussées considérables du capitalisme, je n’oublie pas. Et l’homothétie doit être faite ; elle est même ce qui permet la lecture. Mais la position historique dégage pour autant ce champ de considération, heureux. Celui peut-être d’une “vocation intérieure pour la science” (19) : vocation II, si on veut (si vocation I = situation de carrière, professionnelle, et vocation III dans l’ordre de la conférence = vocation de la science pour l’humanité (31) : “cette autre question (= signée Weber) : qu’elle est la vocation de la science dans l’ensemble de la vie de l’humanité ? Quelle en est la valeur ?”

Et en effet il y a ce travail de relecture, retraduction, reprise. J’ai confiance solide, germanisticophile, dans ce qu’Isabelle K en aura recomposé : essai intitulé “Leçons wébériennes sur la science et la propagande”. Quel effet de contextualisation cela va produire pour l’état scientifique de 2005, au seuil des 2006, 2009, 2020 et autres crans dans la transformation actuelle, c’est tout l’intérêt de lire en observant les implications réflexives. Weber comme IK sont des compagnons de la plus chère valeur ici.

L’effet prévisible, une illusion mais elle a une saveur qui peut être tournée en énergie critique, de simplicité que donne la lecture d’un texte classique. Sa clarté est évidemment, simplement, le signe de son caractère de classique, et l’imposition culturelle calmée, sédimentée, naturalisée, voilà, de sa vision et du monde intellectuel projeté en context qui se donne à voir en sépia. C’est d’autant plus marqué s’agissant de modernité – le mythe se chargeant, se redoublant, de la nostalgie d’un modernisme si facile à l’adhésion. Les avant-gardes rétrospectives, cultes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search