Isabelle Kalinoswki limpide – clartés de la sociologie du savoir

Magnifique entrée en lecture ce samedi matin – lectures de week-end, les blue-sky, les “idées générales” bien-aimées, les régions de détachement, couper la parole, bifurquer les interpellations. Magnifique texte, éclatant d’intelligence et de détaille critique dès le ton posé,  5 pages into it, d’Isabelle Kalinoswki sur Weber et la conférence de (newly corrected date) 1917, nouvellement intitulée en traduction française La Science, profession et vocation (Agone, puisque l’identité de l’éditeur est une remarque organique au texte, cf Remerciements, p. 274, 2005). Une efficace note instruite, p. 68, sur Marianne Weber, son statut et son traitement par la caste de la science masculine ordinaire – me rend la coudée franche pour poser aussi : magnifique voix scientifique de femme.

p. 69 sur Weber donc – et dans un premier cadre d’élucidation posé autour de la tension qui motive La Science, “dans laquelle le Weber savant se fait prophète pour dénoncer le savant qui fait le prophète” -, cette sagesse épistémologique (et éthique, dont éthique scientifique) de voir tranquillement à l’œuvre ces forces à la fois ordinaires, identifiables grâce aux catégories wébériennes (produites donc par l’objet de l’étude, lui-même pris dans cet enroulement complexe objet-sujet de la sociologie, sa signature théorique même), et touchant le pathos biographique singulier, et collectif :

Weber fit, assez banalement après tout, un usage thérapeutique de la science, en se servant d’elle pour guérir le moralisme pathologique que lui avait transmis une mère adulée.

et, cité p. 67 : “comment Weber a pu être amené à poser certains problèmes … et à constater que ce travail, loin de contribuer à apaiser les contractions du reels, dans lesquels il était lui-même pris, avait pour résultat de les faire percevoir plus crûment. ‘ Un jour on demande à Weber le sens que sa science avait pour lui-même. Il répondit : ‘Je veux voir combien je peux supporter‘” … “tendre à l’extrême sa force de rupture avec les illusions et, pourtant, de garder intacts ses idéaux et sa capacité de se vouer à eux.” (Extrait de la biographie de W par Marianne Weber, 1926.)

L’ensemble englobé dans le phare de Weber : savant et prophète, et après, avec, par, la sociologie. La société, au prisme. L’histoire, la cité, “le monde réel, qui n’est pas régi par la seule logique rationnelle” (IK, p. 67, je souligne, pour la saisie simple. Phrase commençant par : “une tension entre les conceptions défendues par Weber sur le terrain de la science et les positions qu’il occupait dans le monde reel, qui…”). Question des sphères.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search