Sphères, et cartographie du pragmatique – Weber

Je continue à essayer de tisser une compréhension, une lecture, de Weber sur la pragmatique sociale. Il dit action, et alors sens de l’action sociale, et alors qualité symbolique. Et alors concepts opératoire de la diversité des (et des rapports complexes entre les) “conduites de vie” et autres “voies”.

Elaboration de la sociologie, par l’élaboration de ce que je poursuis dans mon propre petit laboratoire sous la formule du moment, “culture et politique” : pragmatique du social, discursivité du politique, du pouvoir, car et du rapport social globalement.

Je regarde donc Weber – altogether awed so far, although troubled with the Reich aspect now touched – construire ses catégories et ses méthodes d’analyse pour dégager l’action symbolique dans l’histoire comparée des sociétés. Et y trier en idéal-types des pans, des tresses, des lignes de compréhension de la dynamique historique sociale.

A commencer par la distinction nette, fondatrice, entre pouvoir et domination – YS indique la pliure avec netteté. Est alors en jeu la question des sphères de l’action sociale historique, à distinguer pour permettre la visibilité des logiques différenciées et des plans d’immanence dont il faut étudier les intersections et les contradictions, les “tensions” (terme Weber).

La lecture de Marx lui permet une alternative : la distinction des sphères autonomisées de l’économique et du politique, qu’il garde en jeu et en rapports fluides, au contraire de la surdétermination marxiste. Lui permet de poser la distinction entre pouvoir et domination, et d’isoler les logiques  propres à chacun. Autorité, légitimité, ordre et discipline et obéissance côté politique ; et concurrence monopole et pouvoir de fait côté économique (dans des “configurations d’intérêts”, 20, qui sont des rapports de pouvoir).

Parce que la pragmatique est symbolique – et la sociologie “compréhensive” -, la politique a son ordre, et sa réalité objective propre. Concurrentielle alors avec la logique historique de l’économique.

Il faut alors une historicisation de la construction des dominations : cristallisations, symbolisation, institutionnalisation, processus de légitimation (YS, 22). Comme pour la sociologie de la religion, une histoire de l'”évolution” est nécessaire ; elle doit passer et elle passe par un account  de la différenciation des sphères — qui vient coïncider elle aussi, soit dit en passant, avec le Récit de la modernité. Et de “l’Occident”. Ce grand pathos – où Weber est poème.

Généalogie de la différenciation des sphères : YS 18 :

c’est seulement avec le capitalisme moderne que l’économie s’autonomise en sphère ayant une logique intrasèque ; auparavant, le politique et l’économique sont intriqués de façon indissociable. Or c’est à partir de la façon sont sont gouvernés les humains que Weber travaille dans [La Domination]. Le féodalisme, notamment, s’y définit d’abord comme un régime politique, et non comme un mode de production.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.