Les Particules élémentaires

Les sorties, je renoue avec elles, après être passée par des transformations (séjours à l’étranger, isolement – dont social, culturel et disciplinaire – , lecture intensive) qui permettent un autre point de vue.

Le public parisien est blanc blanc blanc. Et très marqué en classe. Sympathique au demeurant, jeune mais âges mêlés néanmoins.

Les Particules élémentaires de Houellebecq, dramatisé par Julien Gosselin, théâtre de l’Odéon. Pris comme devoir d’actualité.

Mise scène intelligente (souplesse de l’imagination, vidéos de scènes extérieures et de zoom sur micro-scènes en cours, micros, musique en scène, usage des corps), acteurs très bons et en groupe, moments d’émotion, moment de théâtre très beau (un temps fort sur le vertige dés-ontologique, pumps un fort coup de fumée blanche, et laisse le temps qu’elle se déroule de la scène vers la salle, sa verticalité, ses dorures et voussures, et se suspende entre scène et « nous » – souffle coupé du dialogue). Comédie.

Mais s’il faut évaluer la qualité d’allégorie de l’œuvre (parler pour, une époque, une société), sa force publique : elle me sonne moins répugnante qu’aux tentatives de lecture, qui m’a fait grincer les dents, mais plus grandiloquente. Auto allégorisation, qui ne marche pas. Retombe sur un narcissisme, quelque chose comme ça. L’homme occidental, la civilisation occidentale : talking big for a little man. Philosophisme, et punctured (le texte de Gosselin propose une lecture par l’équilibre précaire du point virgule, entre ironie et naïveté d’une tendresse, amour, lyrique) par un poétisme. Qui génère l’organicisme de ce qui est donné en récit de sens : la sexualité comme terrain des marques de l’individualisme, et alors la reproduction (la « bi-ologie moléculaire » énonce l’acteur) comme terrain de l’ingénierie civilisationnelle et morale.

J’ai trouvé forte pourtant, effet de choc léger, surprenant, plaisant, l’impression faite par un trope régulier mais non laborieux, ici au moins : évoquer sans sourciller, dans le plan ordinaire des références culturelles du récit, Monoprix, les plats pour célibataires, Palaiseau, la clinique de l’Education nationale, Verrières le Buisson (soit : lieux contemporains, banlieues, zones du libéralisme), 1974 Giscard, etc.

C’est à mettre en écho avec Les Années, d’A Ernaux. La question de l’allégorie et du public y est posée et explorée sur un mode dont la différence est frappante. Contraste éclairant. Positionnement par rapport à l’histoire.

La question de la valeur des narcissismes en poèmes : je la prends volontiers. Naipaul me sert de type ici, et de mesure.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *