Simone de Beauvoir sujet – “lire et exprimer”

Extraordinaire expérience de décalage, ou recalage : replongée après un si long et diversement lointain parcours dans Beauvoir, que je prends à Tout compte fait, paru en 1972. Il me faut un temps pour passer un choc de seuil, et me laisser prendre dans le rythme assuré et intelligent des périodes. Comment cette subjectivité est-elle, a-t-elle été, imaginable !? Quelle époque de la subjectivité a été vivable, imaginable, possible à générer, dans ces termes ? Humanismes successifs du premier XXe, existentialisme, trajectoires de certaines classes, et de la féminité (intellectuelle, artiste) en Europe. Presque gênant aujourd’hui – un tel retravail fait depuis, cet âge pré-structuraliste du sujet et de l’imagination du “monde”. Passé pourtant par toute l’expérience rebrassante de la guerre et de la décolonisation et le féminisme et 68 (je suis particulièrement curieuse du dernier chapitre du volume, qui s’annonce sur le déroulé de 1962 à 1968 – la parution est bien 1972. Searle publie son Campus War en 1971), sans concession.

Sujet plein et lisse, d’une confiance élocutoire presque complaisante. Autosatisfaction presque, dans les premiers dizaines de pages qui comptent la chance et les opportunités – “mon optimisme”, qu’elle donne comme construit par des conditions d’abord familiales, et des luttes, certainement. Assurance sans fissure. Je suis ramenée d’un choc à un temps de mon imagination de moi, et des possibles subjectifs et sociaux et professionnels – mes verbes de devise à moi ? Seraient ? Ont été ? Sont devenus, dans le corps à corps la mêlée avec les décennies ?

Lire et exprimer“. On entend le Tout compte fait ici – il y a une rhétorique du savoir, de la certitude issue d’une construction, vitale et réflexive et poétique évidemment : “sagesse”, un type même d’intelligence de la vie humaine dont je suis curieuse, à laquelle je suis sensible, à un moment biographique of mine. Mais cette limpidité acquise, brûlée, verre, qui fait sortir cette configuration – sans doute pas neuve, sans doute longuement traînée, retournée, projetée en à-venir, programmes, théorie réflexive sous les pas du quotidien et des projets, et rétrospectif enfin, toutes phases mêlées : “lire et exprimer”. “Exprimer” dit tant !

Commentaire raisins trop-verts sans doute : il faut avoir cette structure subjective pour devenir, avoir été, Simone de Beauvoir. Not that this makes much sense.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search