Énonciation du politique – Boltanski & Esquerre sur l’actualité

Une semaine de vacances permet de délicieux pas de côté – bifurcations toutes disponibles, structurées par rythme social le plus disponible. J’ai emporté à Nice – séjour dédié à OTSOG et à la tourne vers le printemps – Beauvoir, et Boltanski & Esquerre, Qu’est-ce que l’actualité, Événements et opinions au XXIe siècle.

La sociologie pragmatique, processuelle, va prendre le politique dans le fin des politisations, sur un corpus minutieux. Sous-titre précis, inscription nette : “Événements et opinions“.
Et offre dès la p. 15 des ouvertures activables – dans mes termes, de poétique du politique. D’abord un posé très clair (et synthétisant avec une maîtrise et justesse haut la main), sur la conceptualisation – énonciative – de la culture, p. 11 :

en sorte qu’il s’agit par excellence (s’agissant de l’actualité comme “participation à l’actualité”, de tous “ordinaires”) d’un de ces artefacts, produits d’activités humaines auxquelles ils impriment en une forme, dont les cultures, au sens de l’anthropologie sociale, sont en quelque sorte le paradigme.

Dès l’origine la référence à ces sortes de milieux intermédiaires que sont les cultures ou l’actualité …

Prendre le social et le politique par l’énonciation amène directement ici, par tout chemin rapide ou long, détour ou droit – ou comme ici synthétisé, incorporé disciplinairement, digéré conceptuellement (et avec justesse). Le fonctionnement réflexif de l’énonciation, qui distingue celle-ci précisément de la représentation et toutes les épistémologies qui en sont dérivées. Que la culture soit le milieu, intermédiaire, lieu des médiations et de la médiation des (formes culturalisées des) médiations, clearing house, d’autres ont dit articulation (S Hall et al.), interpellation (Althusser et al.), médiation (Ecole de Francfort et marxismes), une ligne de tradition sur ce fil, cette visée conceptuelle (et politique). Dire c’est faire ; How to be one’s contemporary, say and be one’s, la temporalité moderniste du contemporain (Gertrude Stein).

A vrai dire Stein sans doute va servir à m’accompagner dans cette lecture, sur le plan de la “temporalité” (leur terme) du social qui est l’un des dégagements méthodologiques majeurs du livre, et de cette option sociologique – telle qu’elle continue à se frayer, avec ses nouveaux corpus en effet (commentaires en ligne sur Le Monde, et sur de “l’actualité d’antan” d’archives INA).

Donc une ouverture, un produit de cette lecture déjà : je m’arrête p. 15 et commence à écrire. Le la politique, pris sous cet angle, apparaît comme processus, bien, politisation, bien – usant d’outils, bien, appelés ici “polithèmes” j’aurais préféré “politèmes” pour morphologie continuée de critème et évidemment, fondamentalement, phonème. Mais on : la politisation, des “gens ordinaires”, en tant qu’ils “participent à l’actualité”, culturellement, publiquement (y’a quand même la référence à Habermas, mise à bonne distance opératoire, mais qui me chiffonne – à guetter. Lieu exact, sans doute, d’une grosse question à continuer à démêler, du rapport entre public et pouvoir, soit la démocratie même).

Je disais : la politisation, comme acte activité, “événement et … déplacements” (positionnement) : comme détermination (terme indigène également), prise de parti, acte de positionnement — par lequel se détermine à la fois, interactivement, non pas intersubjectivement non pas même collectivement mais transindividuel-collectivement, bascule privé-public, énonciation publique dans le privé et privée dans le public – dans et par exactement (dynamique exacte de l’énonciation) – une position et le jeu entier des positions. Le politème du clivage est d’une efficacité particulière pour saisir ça. Même s’il doit être complété par d’autres figures nécessairement actives – l’alliance pour commencer, évidemment, et tout Gramsci et la conversion de la révolution comme de la lutte en attrition.

Systémique énonciative, et des méthodologies par l’énonciation. Et par la culture. Touche, ici, au point exact de la dynamique que je cherche à approcher : culture et politique. Culturalisation du politique. Qui en effet ne touche pas seulement les “groupes humains” (p. 11) comme ont fait de manière définitivement convaincante anthropologie et – sans doute, I’ll trust them on that, l’anthropologie sociale sans ses terrains de branche de la sociologie. Mais la “formation” des groupes – même, la “formation-des-opinions” (p. 15) des groupes.

Formations discursives. Foucault aussi est à impliquer dans cette lecture, critique. Soit stéréophonique. On voit se composer un paysage des propositions sur culture et politique, traduction des anthropologies de la représentation à celles de l’énonciation. Que j’avais prévue dans le livre sur Saussure, et commencée dans “Essai de poétique du peuple”.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search