Beauvoir – contd.

Deuxième soirée de lecture, now “connaître et écrire“.
Et toujours l’étonnement : la “liberté”, le “hasard”, la “société” et les déterminations (my word this). L’interrogation de “compte fait” semble se poser, dans ces premières dizaines de pages, sous la forme songeuse d’une discussion philosophique, “praxis” et “pratico-inerte”, relations d’objet et rapports miroir de sujets pleins – un mur tranquille insonorisant à l’histoire et au social dans aucune complexité de plus.

J’y tire un état contradictoire – sputéfaction, mais aussi plaisir nostalgique, ou seulement nostique, de repasser dans des thèmes, des possibles subjectifs (et professionnels – vocation, tiens, entre Weber et Schlanger), un organon, un affect éthique général, anciens, premiers peut-être, parmi les premiers. Où j’étais sans doute à la fois l’enfant et l’aspirante sujet “littéraire”. J’en étais justement à un léger, passager désir de home. Et Beauvoir était évidemment un geste pour cette retrouvaille exactement. Je suis surprise de trouver ce passé si étranger, le mien plus encore que ses affaires à elle. 50 ans de passage depuis, disons 40 ans de lecture.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search