Start-up : culture de la connaissance

Je rencontre ce terme cette idée, en lisant ce matin une étude consacrée à tout autre chose (DH et études talmudiques) : c’est bien la logique “start-up” qui motive les projets demandés, pour course aux financements et packaging reconnaissable évaluable dans le regard de la valeur scientifique moins actuelle que idéologique-économique (soit, la réalité matérielle même). Entreprenariat de la connaissance — dont la science-artiste (tampon de la critique artiste, reconnue par Boltanski & Chiapello).

Cette année la circulaire sur la prime d’encadrement de recherche marque un pas supplémentaire : le changement de dénomination indique le changement de nature, avec son effet de restructuration, sans surprise mais l’étape est faite – est primé non plus “l’encadrement de la recherche” mais le management général et le bon service ordinaire ; la recherche désingularisée, l’administration faisant cadre, et la différenciation entre les bons travailleurs et les non-bons, fidélité docilité au système, what else ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search