Traduction, contd.

Le plaisir de la “reprise” : autant la traduction en déchiffrage est délicieuse pour l’intelligence de l’anglais original si épousé, et aimé

autant le deuxième passage, que je laisse souvent attendre par hésitation, crainte, porte vers un autre délice (et peines) : le passage à la voix, la sienne, la mienne. Mienne dans. Épousailles et étonnant espace, occasion, de ma voix.

Mon paysage de langage bien sûr. Que je parcours ; où je me repossède des parcours, élargissements, infusions, ventriloquie multitudineuse dans des décennies de lecture et “intercourse” ; et les pans sourds, butées de langue de bois, que je reconnais, bêtise du langage bêtise de sujet parlant.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search