Bribes et trait – exploring DH

Beaucoup de flou, flottement, désir et savoir diffus – un aspect de la fatigue professionnelle, qui tourne vers des envies de développements légers, locaux, aphoristiques peut-être (si tant est que c’est ce qui sortirait d’un refus de la couverture, bibliographique, de contextualisation), poétiques (ne pas expliquer, s’expliquer, nécessité propre).

Bribes, entre autres :

  • sur la motivation de ce chantier infini sur les humanités numériques – “les humanités du numérique” finalement tracé, tout récemment, comme proposition pour le séminaire de l’an prochain. Je me tortille sous le malaise de l’irraisonnable dimension de l’écheveau que je me donne à aborder, pendant tout le temps qu’il faut pour y déterminer des objets. Tout du numérique, de ses discours si proliférants à la fois par actualité buzz et par multiplication médiatique de la production des discours, représentations, métadiscours, et propagandes… Je crois aussi, à commencer à me rendre peut-être compte de la production de ses 2 ou 3 dernières années (multiples volumes collectifs, travaillant à l’auto-réalisation du champ, et bataillant depuis les continents à tailler sa place continentale dans la carte de ce nouveau territoire de la mondialisation – Postcolonial DH, Global DH, critical DH… and my favorite one, “Why is DH so white?”, my very initial question, insistant as I took my first steps in K. Hayles worldview)
  • ici donc : oui, je me tâte toujours pour vérification mais oui, il en va centralement du rapport entre culture et politique, et dans son aspect majeur, déterminant, incontournable, il faut bien se placer de front devant, expression actuelle de. Avec toutes les non pas bascules mais transformations, imprévisibles dans leurs directions ou échelles ou géographies, culturelles, càd anthropologiques ; conditions même d’ensemble
  • et dans cet écheveau maximalement vaste, englobant comme une cloche mondiale, oui il s’agit d’accepter des (mes) conditions du travail : par traits, locaux, partiels,”intervention” dit Roopika Risam (minus the pedagogic, evangelic faith). Je n’en ai pas pas fait : le séminaire “Devenir des lettres : critique comparée des médias numériques” a effectivement dessiné un parcours, une perspective, mise en ligne. Et un premier étage de cartographie des débats, plans, y compris nationalités des enjeux. Contente d’avoir Goody placé, par exemple, alors que je découvre Arturo Escobar sur Cyberia, en 1994 (“Notes on the Anthropology of Cyberculture”). J’espère reproduire le résultat avec la nouvelle matière : face Nord-Sud des débats.
  • un nouveau trait, modeste, est en travail, pour le colloque GIAN d’Aligargh Muslim University en mai. Je me demande ce qui. J’attends la surprise, de revenir sur quelques semaines de lectures, et ce qui va pouvoir prendre forme. J’ai l’intention un peu hésitante d’un texte, au mieux d’une double version bi-contextuelle bi-lingue, de recension des 3 volumes collectifs récents + Risam
  • j’ai la vague intention aussi d’un travail de – il faudrait faire ce ; c’est à faire – cloud, ou mind-map, ou grande cartographie fuzzy pour commencer : des espaces de débats et problèmes autour du numérique, en gardant en tête le comparatisme. (Le bon réflexe, sûr, d’Escobar, anthropologie réflexe.) Il en sortira des disciplines, des cultures, des groupes sociaux, et générationnels, des intérêts sociaux, des déplacements des lignes des autonomies relatives, etc. Diffractions habituelles, et les imprévisibles. Reconfigurations même. Social & cultural change, and the interaction of the two.

 

  • David Chavalarias, Toxic data : Comment les réseaux manipulent nos opinions, Flammarion, 2022
  • Stéphanie Wojcik, “La démocratie numérique : une solution pour un système démocratique en crise ?”, Les Cahiers français, “Démocratie : crise ou renouveau ?”, n° 420-421, mars-juin 2021
  • Charles Girard, Délibérer entre égaux : enquête sur l’idéal démocratique, Vrin, 2019

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search