Numérique et discours – prise critique

Car pas un ensemble de discours, ni une constellation ou feuilletage de formations discursives, mais le discours lui-même, condition de. Média.

Situation méthodologique singulière. Elle demande, il semble, un effort de synthèse inédit, et de cartographie idem. Demande de sérier, rassembler, toutes les traditions méthodologiques pertinentes, qui s’étaient localisées dans des disciplines, champs, cernés. Et de les rebattre. Histoire des sciences et techniques, et philosophie desdites, histoire du livre et anthropologie de l’écrit, histoire des médias, études visuelles et médiatiques, anthropologies et sociologies, études culturelles dans toutes leurs variations, lettres philologies bibliologies et sciences des textes, etc.

J’y pense en voyant Escobar procéder dans son article méthodologique, programmatique et recenseur, sur l’anthropologie de la cyberculture. Les cas, les dimensions, les méthodes à mettre en jeu ; les re-catégorisations aussi.

Sans doute l’anthropologie a un terrain à elle sur cette “question”. De même que les disciplines du changement historique (social, culturel avant tout ; économique et matériel également). La linguistique a été pionnière,et premièrement située (agie) aussi.
Sciences et techniques ok, (cybernétique généalogiquement, de même que ingénierie électronique). Mais aussi tôt, féminisme, littérature (cyberpunk). Et al. 💬


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search