Philologie et sciences humaines : passage Saussure

Lisant T Brisson sur les transformations de l’orientalisme français entre 1955 et 1980, je retrouve cette figure historique, déjà rencontrée dans R Lardinois sur les études indiennes : la transition plus ou moins grinçante entre philologie (classicisme et textualisme) et sciences humaines (sciences sociales à vrai dire, en particulier dans le cas de RL).

C’est bien un – le ? – tournant de ce type qui est en jeu dans le départ de Saussure, par la phonologie dans la philologie, par la critique de la linguistique même, et par l’ouverture vers la sémiologie, dont l’une de ses lignes d’accélération maximale en sémiologie/linguistique de la parole, chantier des Légendes.

Cependant : les conférences de Genève – question de la situation de la linguistique vis à vis des « sciences historiques » – sont tôt dans son parcours, et J Joseph rappelle les déplacements épistémologiques, théoriques, qui viennent après et décisivement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *