Double takes – Escobar, Castells, mondialisation, cyberculture

Je mets maintenant “cyberculture”, ou “information”, en position d’accent, et “mondialisation” sert de fulcrum. Je remarque. Alors même que les premières approches de La Société en réseaux (préface de Touraine, structure du sommaire) m’indiquent qu’est en cause le rapport renouvelé entre sphères culturelle et matérielle, structuration économique mondiale. L’autonomie des deux plans, à évaluer nouvellement. Nouveauté même, peut-être, que cette indépendance, écartement dans le rapport de structure. Culturalisation, dont l’une des figures vite reconnues comme classiques : l’immatériel et les dématérialisations (= pour certains).

A double-take, dans ces deux lectures de coïncidence contemporaine : mid-1990s. (La coïncidence se motive rapidement : il faut reprendre à partir de ce moment, où commence la séquence historique qui joue encore et rend le présent lisible, dans l’évolution de ses changements mêmes, peut-être, j’espère). Escobar est publié en 1995, Castells en v.o. en 1996. Saskia Sassen a déjà, 1991 sur The Global City.

Etonnements : combien contemporain et historique à la fois, pertinent et current, et aussi ponctué de larges cratères où des développements inimaginables (à voir, ici, précisément) sont venus remplir le paysage maintenant déterminant. Vocabulaire, mots d’ordre, vieilles lignes de querelles et d’autres qui sont encore fraîches et vives. Torsion, non linéaire donc, du repos – curieux. Matière, capricieuse et complexe, de la genèse des discours, détermination des problèmes, clivages et organisations des analyses et objets. Philologie de.

Oui : j’étais étonnée de la remarque de Touraine en préface : “Cette démarche, si elle est justifiée – et je suis convaincu qu’elle l’est – met fin aux divagations postmodernes. Nous avons certes quitté la société industrielle, mais ce n’est pas pour entrer dans la diversité sans limite des modes d’activité et d’expression. …” (11). C’était bien l’époque du postmoderne : je l’ai aussi eu comme environnement direct, dans les études anglaises et les anglophonies LSHS. Bauman, certains usages de Derrida, Baudrillard, Jameson et Hutcheon, et al. Un temps, un cran, ou figure, de la culturalisation. Baudrillard va jusqu’au simulacre.

Double-take, usage : il faut donc lire ces textes à la fois comme actifs aujourd’hui, en classiques, et comme états historiques de la prise analytique. Ce qui, encore une fois : place devant une précision philologique intéressante et corrective, nourrissante : de l’historicité des discours, (mais et aussi des objets). De l’identité des énonciateurs. Des désamalgames sur les enjeux. Critique simple, dans les chronologies et dans les discursivités parallèles (disciplines, champs sociaux du commentaire et de la formation du discours).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search