Anthropologie du cyborg & cyberculture

Beaucoup à noter, fixer pour repères historiques (philologiques, généalogiques), dans Escobar sur “Cyberia” — tout un programme, avec cette mise en crête de titre. 1994. Je lis en même temps, ce qui n’est pas forcément futé car l’époque commune encourage les confusions, Manuel Castells vol. 1, 1996 en v.o., La Société en réseaux.

  • humeur, état de Zeitgeist, environnement de références théoriques culturelles et idéologiques, vocabulaire, des 90s (dont retour des “identités premières”)
  • temps, en particulier, des discussions chaudes sur le postmoderne, et des élaborations théoriques (idéologiques, pro et contra) sur le postindustriel, Bell et Touraine – Le Nouvel Esprit du capitalisme vient en 1999
  • états de la culture “informationnelle” et réticulaire (Castells, avant le mot adjectif même je pense – lui dit “en réseaux”, réticulaire pointe plutôt un autre plan discursif, plus proche du cyber justement, biomachiniques, Deleuze & Guattari), ou “cyber” (Escobar). Escobar aussi, pour autant, est aux prises avec le postmoderne.
  • époque du cyborg, et de ses potentiels féministes, et autres bifurcations de la technique – détermination dont on note donc la puissance, pour l’époque. Modèle de résistance et de critique, à une force – tech – qui menace les forces de la critique, théorie, “herméneutique” (terme dont Escobar se soucie, si je me souvient bien). A noter donc, un ingrédient d’époque que j’avais mal perçu dans ses constructions dérivées dans le présent : le bio, co-reconstruit avec le tech – la vie, l’organique, dans la complexité, théorie du chaos, par l’auto-régulation je crois (ou au moins self-organization), premières métaphorisations en études littéraires et Humanities donc (premiere apparition de K Hayles, nb).
  • une inquiétude anthropologique – sur la pression, au sein de l’AAA, propositions de panels (les jeunes poussées, j’imagine) sur la science et la technique, autour, il semble, de la proposition cyborg. Question épistémo-identitaire : “une anthropologie sans primitifs ?”, pose Escobar, en effort pour tourner ces nouvelles options en espoir, ligne de proposition et d’avenir pour la discipline ; stratégie de survie et actualisation. L’anthropologie devant non plus son objet traditionnel de la technique “outil”, mais … ? Et sa mission de critique comparatiste.

Il y a beaucoup d’affect disciplinaire, et culturel dans les terrains mouvants du culturel, en sous-texte. il sera plus facile à saisir en lisant les “comments”, de different quarters, également publiés par la revue.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search