Rodinson – Mahomet, charme

Je continue à savourer le Mahomet de Rodinson. 1968 : la date fait un peu rêver, aux possibles des Sixties françaises et à leur complexité.

Experience de lecture en suspension of disbelief (facile à tenir par la force de conviction douce et solide de cette assurance d’écriture, the width of scholarship) : émerveillement.

Qu’on puisse imaginer une telle attitude d’écriture, de récit, d’exposition. La liberté d’énonciation. Et les coudées franches vis à vis des disciplines, des genres scientifiques, et des subjectivités du rédacteur savant. C’est un récit, avec toutes ses séductions et ses rythmes, y compris la séduction de l’attachement à un héros complexe, et ses congénères adjuvants et opposants. Rodison a écrit dans une des introductions à une des rééditions sa satisfaction à pouvoir enfin réintroduire les notes accompagnant le texte : c’est que le texte tient sans elles, entièrement intégré en lui-même de l’érudition profonde et fine (y compris par l’inscription des doutes et des insus) et parfaitement discrète. Un mode de relation entre savant et public, de grande inventivité et grande finesse et sans clairon. Dans une époque de haute orchestration des Je savants.

La forme narrative permet une précision des explications historiques, difficile à peindre en masses abstraites. Elle permet aussi de couper un chemin à travers les débats érudits sur la datation des sourates, c-à-d de dérouler tout naturellement l’historicité de la Récitation. Sans le drama d’un matérialisme méthodologique apologétique ; sans le lest pesant de cet affect polémique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *