Généalogies des DH : points d’orientalisme parmi questions ling & cult mat

Je n’oublie pas, dans le flot de suggestions ouvert par le projet “Les Humanités du numérique” (où je cherche suivant mon fil, en mes termes intimes : les peuples du numérique), deux touches orientalistes parlantes, à suivre :

  • Amazon’s mechanical Turk (2005) – reprise de géopolitiques du XVIIIe, fort des splendeurs des XVI et XVIIe depuis François Ier et le Grand Turc (lettre ornementée en alphabet arabe il me semble exposée actuellement à la BNF dans le cadre de l’expo bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion)
  • la redécouverte des sources, sous leurs nouvelles formes numériques, campagnes de numérisations des 2000s : un mouvement de Renaissance, Humanisme point de référence pertinent, à historiciser soigneusement, + intégrer dans sa réapprehension deux dimensions culturelles majeures, toutes deux linguistiques philologiques :
    • translatio studiorum – grec et latin par arabe (et persan ? et ?). Lettres, critique,
    • campagne pour les vernaculaires, leur entrée dans la Culture – longue et lente jusqu’aux Letters modernes post 68 ; Modern languages. Du Bellay etc.
    • et concomitance de l’imprimerie opératoire – histoire matérielle du livre
  • Projet Gutenberg, Michael Hart, Univ Illinois, 1971. Devient une non-profit en 200p, pars hébergements universitaires multiples.
  • Internet Archive : 1996, San Francisco
  • Google Books : 1996
  • HATHI trust (éléphant !, why Hindi ?) : lancé à Univ Indiana & Univ Michigan, bibliothèques univ US et Europe (Madrid première) + Google Books + Internet Archive

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search