Traduction, OTSOG, compagnie

J’aime la responsabilité d’être mon propre dictionnaire – décisionnaire des qualités, couleurs et tons, modelages, sémantiques. Ce renversement doux, long d’une carrière et d’une vie amoureuse de l’étranger dans l’anglais et l’anglophonie (ah my darling Onion, coup de cœur lexicographique un jour d’été à la Bodleian – et les fous depuis Dr Johnson), du rapport à l’autorité de la langue. Sans – of course – sortir d’une immersion consciente, délibérée également, dans les multiples autorités qui flottent dans la langue et qui en poussent les houles.

Ravie des nouveaux compagnonnages dans la traduction d’OTSOG, épaississement du dialogue. DeepL exploré (et avec lui, mes interlocuteurs qui me posaient la question, et mes propres lignes de cogitation sur les devenirs de la traduction) et mis à sa place, instructive structurellement (devenir des techniques de la culture), et maintenant R. Kaiser (http://www.reinhardkaiser.com), puis en parallèle plus ou moins fortuit, Roberto Busa, la Somme théologique et la philologie italienne, mariée pour ce segment avec IBM et l’école lexicométrique de Pise — où F Moretti émerge-t-il, de Rome à Columbia et Princeton ? Mais Eco, pour la philologie. (Et tous les étudiants italiens, nombreux en master, doctorat, et marché des postdoc, candidats chercheurs, et chercheurs CNRS également.) J’attends la traduction italienne, impatiente. Et la française ! Également commandée enfin (Éléments de théorie sociol, that is, Henri Mendras, encore disponible, edition Armand Colin 1997.)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search